• C'est de l'eau que tout renaît

    J'ai affolé les infirmières aujourd'hui. Elles ont cru voir du mouvement dans mes cils. Pourtant, je m'observais et je n'ai rien vu.

    Je les voyais, en bas, affairés autour de moi - mais est-ce bien toujours moi - et elles sonnaient l'alerte. Puis, plus rien. Tout s'est calmé.

    Il y a de plus en plus de gens dans ma chambre. Ils prennent tous des notes, observent les appareils, me parlent, ou chuchotent entre eux. Mais personne que je reconnaisse.

    Il faudrait pousser la voiture.

    Je ne sais pas pourquoi je dis ça. Il me semble qu'il faudrait pousser la voiture...

    Ou retourner à l'eau. Peut-être que si je voguais à contre-courant, l'eau me ramènerait d'où je viens. Qu'est-ce que je raconte?

    Mireille a raison  La frontière est mince entre ce que je sais être la vie du corps et... là où on ne sait plus ce que c'est... mince entre hier et demain... mince entre ce que l'on veut oublier et ce que l'on croit avoir oublié. Mais en ce moment, je suis retournée dans mon corps. Donc, je suis vivante. Je suis vivante. Je ne vois plus ni la chambre, ni les gens, ni les appareils.

    Je suis ailleurs... je suis ailleurs... je vous parle et je vois loin. Je vois beaucoup de choses à la fois. J'ai du mal à bien vous les dire.

    De l'eau qui déferle. Et pendant un temps, j'ai l'impression d'être revenue dans le ventre de ma mère. Et quand j'atteins enfin la grève, c'est comme si j'accouchais. Puis l'oubli et le repos.

    Je vois et je ressens sans cesse ces images.

    Et je ne vois même pas mes doigts. Quelqu'un voit-il mes doigts? Quelqu'un peut-il lire dans les lignes de ma main? Ou si la vague a effacé toutes leurs rides à jamais...



  • Commentaires

    1
    Jeudi 4 Août 2005 à 18:06
    Reminiscence
    Bonjour Elia Cette eau n'est-elle pas celle où tu as failli te noyer? Mais évidemment c'est aussi l'élément maternel, le liquide amniotique dans lequel on attend la sortie. Cette eau qui a failli prendre ta vie a dû te marquer profondément. Nous sortons de l'eau à la naissance, et tu as cru que tu étais perdue dans cette autre eau. Peut-être as-tu eu un problème avec la voiture avant "l'accident". On peut avoir besoin de pousser une voiture qui ne démarre pas ou qui n'a plus d'essence. Les autres choses qui me viennent en tête avec cette histoire de voiture, je préfère les garder pour moi. Continue de te battre, Demande à ton corps de se réveiller. Ton corps est à ton écoute. Tu es VIVANTE. Il faut en persuader ton corps, toutes ses cellules. Affectueusement, j'espère que tu vas vite revenir. A bientôt
    2
    Élia
    Jeudi 4 Août 2005 à 23:43
    Voiture
    Merci de tes encouragements, Cleomede. Mais saurais-tu quelque chose que je ne sais pas? Maintenant que tu le dis, il me semble que j'ai eu du mal à partir la voiture... Où que j'étais pressée de la voir démarrer?... Juste d'en parler ici, je ressens une oppression... Il fallait absolument que je parte. Oups... les infirmières s'affolent à nouveau... leurs machines ont dues leur indiquer quelque chose... Elles s'affolent pour rien, car c'est tout. J'ai beau essayé, je ne me souviens de rien d'autre... Je crois que je vais me reposer un peu. ...............
    3
    Samedi 6 Août 2005 à 19:46
    voiture
    Bonjour petite Elia Si il y a oppression, il y a donc quelque chose oui. Du moins je le pense.Il n'y a pas d'oppression sans raison. Ta mémoire refuse peut-être quelque chose. Pourquoi fallait-il absolument que tu partes? Rejoindre quelqu'un? Fuir? Peut-être qu'il n'est pas encore temps pour toi de t'en souvenir. Ton esprit prend son temps. Comme une grossesse a besoin de 9 mois environ, il y a là quelque chose qui doit attendre avant d'accoucher. Quand le souvenir est dangereux pour le bien-être mental, l'inconscient le garde pour protéger l'équilibre psychique. Vas y doucement. Tu es entre de bonnes mains. Laisse faire ton corps tout en te battant quand même surtout. Mais bats toi pour la vie avant toute chose. Le reste viendra plus tard. Je t'embrasse petite Elia. J'essaierai de revenir chaque jour. Je t'embrasse très affectueusement
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :