• Ici et maintenant

    Les sons se sont tus.

    Dans l'entrebaillement de la porte, j'ai cru voir les ombres d'une chemise blanche... mais plus personne n'entre dans ma chambre. Peut-être m'observent-ils d'un autre quelque part.

    Il fait jour, mais les rideaux sont tirés. J'aimerais pourtant recevoir pleinement la lumière.

    Ça commence à faire moins mal. En dehors. Ils m'ont enlevé quelques pansements. Je ne pense plus à rien. Je n'essaye même plus de me souvenir. J'aimerais seulement revenir à la vie. La vraie. Celle qui bouge, pullule, craquette et rouspète.

    Mais mon corps ne bouge pas. Mon cerveau ne le commande plus. Est-ce que quelqu'un sait que je suis en vie? Que je pense? Que je suis là et que j'ai une envie malicieuse de jouer des tours aujoud'hui... Je voudrais bien piquer les fesses du beau médecin que je vois souvent à mon chevet. Avec une petite aiguille de rien du tout. Juste pour le chatouiller...

    Ou renverser la purée de pois chiches au chocolat qu'ils vont me donner tantôt pour repas... Faut bien rêver... Sur la tête des passants sous la fenêtre de ma chambre, quelques étages plus bas.... Comment pourraient-ils savoir que ça vient de l'esprit d'une comateuse dans son lit.....

    Mais justement, je ne peux pas. Ça ne fait pas partie des choses que mon esprit est capable de faire.

    Si je pouvais seulement bouger les orteils... je sabrerais le champagne. Euh... sabler?... Ou s'abrier avec le champagne? Se vêtir de la tête au pied, d'un collant de champagne? Ou champagner?

    The whwhwhwhwhooooole world is on my head. Et je le triture, le manipule, le sculpte et même le sculp-turrrre.

    Mais je n'arrive pas à bouger un seul de mes orteils.

    Zut!


  • Commentaires

    1
    Jeudi 18 Août 2005 à 19:16
    Les sons
    Bonjour petite Elia, je vois qu'il y a du mieux. C'est bien que tu aies envie de vivre et de taquiner les autres. C'est que tu t'accroches. Et tu reposes ton esprit pendant ce temps là, tu ne cherches pas. Je suis contente de te trouver dans cette "forme" Il y a apparemment plusieurs personnes au moins qui savent que tu vis et que tu penses. D'ailleurs penser c'est vivre. Je t'embrasse, à bientôt
    2
    Élia
    Vendredi 19 Août 2005 à 04:38
    Bonjour Cléo
    Re-bonjour Cléo, Oui, je me sens de meilleure humeur. Mais j'ai quand même hâte de savoir ce qui m'est arrivé. Parfois, j'aimerais que quelqu'un que je connais me retrouve. Parfois, ça me fait peur. Merci pour tes visites. Ça me fait plaisir. Le temps est parfois long, dans mon état. J'espère que personne ne me cache quoique ce soit à mon sujet. Si tu savais quelque chose, me le dirais-tu?
    3
    Vendredi 19 Août 2005 à 14:09
    Savoir
    Bonjour petite Elia Si je savais la moindre chose, je te le dirais tout de suite et j'aurais même cherché à savoir où tu es pour aller te voir, mais je ne te connais pas. Hélas! C'est seulement qu'en plus d'aimer aider les autres, j'ai beaucoup étudié la psychiatrie et je continue. Tout ce qui touche le cerveau me passionne. Je ne t'étudie pas, je voudrais seulement t'aider. Je t'embrasse petite Elia, et continue de te battre.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :