• Présages





    J'ai mal. Une douleur qui vient de loin et que je ne peux pas nommer. C'est pire que de se rappeler.

    Je vois. J'entends. Je regarde mon corps sur le lit d'hôpital et, de temps en temps, je vois la ville, et les gens dans les rues. C'est très curieux. On dirait que je flotte au-dessus des choses et des êtres. Comme si mon corps ne m'appartenait plus.

    Et pourtant je suis là. Je suis Élia. Je le redis souvent mais mes mots sont prisonniers. Je voudrais qu'on puisse m'entendre. Je suis Élia. Je suis Élia. Je suis Élia. Je vous vois, je vous entends et je suis Élia.

    J'ai mal. Pourtant, j'éprouve une certaine douceur à voir le Monde. Mais le Monde se complique. Je le vois mieux qu'avant, mais lui ne m'entend pas et je ne le comprends pas. Ou plutôt, c'est comme si j'en ressentais le sens, mais sans pouvoir l'organiser, le structurer. Est-ce que c'est possible? D'où je suis, on dirait bien que l'impossible n'existe pas, de toute façon. Je ne connais plus rien. Je suis même très étonnée de pouvoir générer ces lettres et ces phrases, et je ressens un grand soulagement à le faire.

    Puis il y a la femme que j'ai vue. Une femme aux mains rouges. À la lueur du feu, elle peignait. Avec ses mains comme pinceaux. Elle ne pleurait pas mais je savais que son corps suintait de mauvais présages.

    Elle tournait le dos à l'enfant, étendu près du feu, immobile, et il ne fallait pas l'Oeil du Faucon pour s'apercevoir qu'il ne dormait pas et ne dormirait plus.






  • Commentaires

    2
    Élia
    Jeudi 30 Juin 2005 à 16:15
    Kairo?
    the ring? Un anneau? Je n'ai jamais eu la bague au doigt, ça, j'en suis certaine. Je ne crois pas que je délire. Je sais que je suis Élia. C'est tout ce dont j'arrive à me rappeler pour le moment, mais c'est une certitude. Et ce que je vois... j'essaie de démêler le vrai du faux. Peut-être y arriverez-vous mieux que moi. Et le temps est devenu un espace flou... On dirait. Non, je ne crois pas que je délire.... Mais peut-être, après tout...
    3
    Nymphe
    Jeudi 21 Juillet 2005 à 08:52
    comment
    fais -tu ?
    4
    Élia
    Jeudi 21 Juillet 2005 à 15:26
    Je ne fais rien
    Parfois, je ne fais rien. Et rien ne se passe. Je rêve, je crois. Puis, comme lors du réveil après une nuit agitée, je renais au monde, sans bien me rappeler. Des images s'additionnent que j'essaie d'ordonner. Je me retrouve alors avec une envie irrésistible de savoir. De savoir qui je suis. D'apprendre ce qui m'est arrivé. De connaître le monde qui m'entoure, et soudain je me vois. Je me vois sur ce lit, dans cette chambre. Je peux m'éloigner et revenir. Mon corps m'attend. Je n'ose pas le quitter à jamais. Je me sens à la fois libre et prisonnière.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :