• Vide

    Quand je me suis installée dans cette maison, c'est sa grande galerie qui m'a séduite. Je pourrais m'y asseoir et regarder... Il n'y avait pas d'eau en face. Il n'y avait rien. Rien d'autre que la route, invitante. Et la verdure. Et quelques arbres. Et d'autres maisons au loin.

    Je crois que j'aurais due rester seule sur ma galerie. Il me semble que rien de tout ça ne serait arrivé. Si j'étais restée chez-moi. Tranquille.

    La galerie est vide aujourd'hui. Je ne vois personne. Rien ne bouge dans la maison non plus. On dirait qu'elle m'attend.

  • Commentaires

    1
    Mercredi 21 Septembre 2005 à 20:05
    galerie 2
    Bonsoir ma petite Elia Mais pourquoi tu dis que Nico était SUR la galerie? Je ne vois comment elle peut être cette galerie où on peut s'asseoir. Garde moral et courage ma puce, le temps fait son oeuvre et toi tu te regardes. Je t'embrasse, je suis là même si tu ne me vois pas
    2
    Élia
    Jeudi 22 Septembre 2005 à 02:46
    Chez-moi
    Tu es vraiment gentille, Cleo. Oui, c'est bien ça. Sur la galerie. Je la vois bien et je sais que je la «connais» bien, surtout. C'est une longue galerie qui fait toute la façade de la maison. Avec un toit en pente au-dessus. Il n'y a plus beaucoup de galeries comme ça, de nos jours. Elle est en bois. Grise avec des grands poteaux blancs à chaque bout. Oui, je suis sûre que je ne l'ai pas inventée. Je me sens trop bien quand je la vois.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :